Tourterelle des bois

mardi 21 septembre 2021
par  Patrick MAGNE
popularité : 24%

RETOUR A LA LISTE

Type :
Columbiformes - Columbidés
Nom :

Tourterelle des bois

Sex :
nom Scientifique :
Streptopelia turtur - European Turtle Dove
Chassable :
nuisible :
NON
Marco Dragonetti, XC40186
longevite :
Cette espèce peut vivre en moyenne 13 ans.


Taille de 29 cm, Envergure de 47 à 53 cm, Poids de 150 gr à 225 gr.
Chez cette petite tourterelle, les deux sexes sont identiques. La tête et la calotte sont gris-bleu, les plumes de l’arrière du capuchon et de la nuque présentant souvent de vagues bordures brunes. Les côtés du cou portent des raies blanches et noires réparties sur 3 ou 4 rangées. Les scapulaires, le manteau et les couvertures alaires affichent une teinte marron-roux mais avec le centre des plumes noir, ce qui donne à ces parties un aspect fortement écailleux. La longue queue arrondie noire est bordée de blanc, hormis les rectrices centrales. Les rémiges gris-bleu sont particulièrement visibles en vol. Le cou et la poitrine sont gris rosâtre. Le ventre et le reste des parties inférieures sont blanchâtres, plus clairs que ceux de la Tourterelle turque. L’œil jaune est entouré d’un anneau rouge. Le bec est sombre, les pattes rosâtres.

Les juvéniles sont plus ternes et bruns. Le gris de la tête et du cou, le violacé de la poitrine sont remplacés par du brun éteint. Les liserés chamois roux pâle sont plus étroits aux scapulaires, aux rémiges tertiaires et aux couvertures alaires. Le centre noir des plumes est moins net. Tous ces caractères rendent l’aspect écailleux moins évident. Le cercle orbital est rosé et non rouge.


Elle émet un roucoulement "rou-rr" doux et ronronné, souvent répété pendant de longues périodes.

PHOTOS D’EMPREINTES DIVERS ET VARIÉES

PHOTOS D’IDENTIFICATION DIVERS ET VARIÉES




Dès la fin avril à la migration de septembre, la tourterelle est plutôt un oiseau des paysages ouverts parsemés d’arbres, de buissons, de haies et de bosquets. On la trouve souvent dans les fourrés bordant les terres cultivées, où elle cherche l’essentiel de sa nourriture. Contrairement au Pigeon ramier, la tourterelle se rencontre rarement sur les bâtiments des villes. Elle préfère, suivant en cela son naturel plus réservé, rester à l’abri d’une végétation de taille moyenne.


C’est une espèce farouche et difficile à voir, qui se cache dans les feuillages, mais on peut l’apercevoir au loin sur les fils téléphoniques et en train de se nourrir à terre.
Des rapaces comme l’autour sont les principaux prédateurs naturels des tourterelles des bois. Certaines d’entre elles, trop inexpérimentées, volent bas pour échapper au mauvais temps et tombent sous les plombs des chasseurs. D’autre part, les pilleurs de nid, comme la pie ou le geai, prélèvent des oeufs, près d’un tiers, et des poussins. Leur impact est très sensible au début de la saison de nidification, lorsque les tourterelles adultes disposent de moins de nourriture et doivent abandonner plus longtemps les couvées pour glaner de quoi subsister. En conséquence, les petits nés plus tard, quand les graines de fumeterre sont abondants, ont de bien meilleures chances de survie.





Son vol est rapide et assez brusque.



La base de la nourriture de la tourterelle des bois est constituée de graines, notamment celles des diverses espèces de fumeterres, de "mauvaises herbes", qui poussent dans les champs cultivés et les friches.
L’oiseau préfère prélever les graines murissant sur la plante plutôt que de les picorer à terre. C’est cette façon de collecter les graines sur les végétaux vivants qui oblige la tourterelle à rallier l’Afrique Tropicale en automne, les fumeterres européens disparaissant à cette époque. Dans une large mesure, la répartition de la tourterelle des bois coïncide avec celle des fumeterres. L’espèce se nourrit aussi de graines cultivées, soit à l’état de semences, soit sur la plante adulte. Dans l’ex-URSS, la tourterelle consomme ainsi des grains de millet, une importante ressource commerciale, et elle est donc considérée comme une nuisance locale. Çà et là, on peut voir cette tourterelle picorer les graines distribuées à la volaille. Elle se nourrit aussi d’insectes et de petits mollusques qui représentent environ 3% de son régime alimentaire.



Lors de la parade nuptiale, le mâle attire la femelle à l’aide de courbettes répétées. Il gonfle sa poitrine et salue sa partenaire en abaissant le bec.
Le nid, installé à 1 ou 2 mètres du sol dans un arbuste ou un petit arbre, est une fragile plate-forme de brindilles. Il est parfois tapissé de radicelles et de petites tiges, éventuellement de quelques poils. Les adultes couvent à tour de rôle pendant deux semaines. Tous deux nourrissent également les jeunes pendant au moins trois semaines. Les premiers jours, comme tous les membres de la famille des columbidés, la tourterelle des bois nourrit ses jeunes d’une substance nommée "lait de pigeon". Riche en graisses et en protéines, elle est secrétée par le jabot. La fin mai et le début juin sont les temps forts de la ponte, mais les oeufs peuvent être déposés jusqu’en septembre. Toutefois les oeufs pondus ou les jeunes éclos vers la fin de la saison, courent le risque d’être abandonnés, les adultes perdant alors l’instinct reproducteur au profit de l’instinct commandant la migration vers le sud avant l’hiver. La ponte compte d’ordinaire deux oeufs de couleur blanc rosé. L’incubation dure jusqu’à 14 jours.

Bibliographie :
OFB Office Française de la Biodiversité
SAGIR
Guide des oiseaux d’Europe. Delachaux & Niestlé
Les oiseaux d’Europe . Lars Jonsson. Nathan
La Faune de France. Nathan
Guide encyclopédique des oiseaux. Nathan
Oiseaux.net


Statistiques

Dernière mise à jour

vendredi 24 septembre 2021

Publication

31 Articles
Aucun album photo
Aucune brève
Aucun site
1 Auteur

Visites

0 aujourd’hui
2 hier
222 depuis le début
1 visiteur actuellement connecté